Leadership en entreprise : 3 compétences indispensables pour piloter l’innovation

femme de dos 2 chemins dans un champ

Comme nous le savons tous, innover et créer quelque chose de nouveau est généralement considéré, à juste titre, comme un effort important, mais très risqué. En tant que tels, les responsables de l’innovation sont constamment soumis à une forte pression provenant de toutes part.

Lorsque le sujet de l’innovation est abordé, nous nous concentrons souvent sur l’aspect pratique du sujet, comme les process, les bests practices et les outils. Il s’agit sans aucun doute de sujets très importants, mais ils ne sont rien en comparaison de la prise de décision.

Si la prise de décision en matière d’innovation est bancale dans une entreprise, aucun artifice ne fera une réelle différence. Et, malheureusement, c’est un domaine dans lequel nous constatons que de nombreux dirigeants d’entreprises, voire la majorité, éprouvent des difficultés.

Aujourd’hui, nous allons donc nous concentrer sur les compétences et la manière d’aborder ses prises de décision en tant que leader de l’innovation, en particulier dans les ETI et les grandes entreprises.

Nous allons d’abord explorer certains des principaux défis et idées reçues liées à ce sujet afin d’expliquer pourquoi tant de dirigeants échouent, puis nous vous fournirons des outils plus pratiques pour affiner vos compétences décisionnelles (ou celles de vos supérieurs) dans le monde complexe et imprévisible de l’innovation.

Pourquoi est-il si difficile de prendre des décisions intelligentes en matière d’innovation ?

Commençons par examiner les principales caractéristiques de l’innovation.

  • Par définition, il s’agit de faire quelque chose de nouveau qui n’a jamais été fait auparavant. En tant que tel, il y a beaucoup d’incertitude et de points d’interrogation liés à presque tous les aspects de l’innovation.
  • Dans de nombreux cas, vous travaillez également à résoudre des problèmes dans un environnement complexe, ce qui signifie que les choses sont liées les unes aux autres et qu’il est donc difficile de prévoir ce qui va se passer.
  • En raison de ce qui précède, il n’y a généralement pas beaucoup de données historiques sur lesquelles s’appuyer.
  • Il n’y a pas non plus de benchmarks fiables ou d’études de marché disponibles. Et, comme tout est nouveau, les données que vous pouvez obtenir à partir de questionnaires/sondages auprès des clients ou d’autres méthodes similaires ne seront probablement pas fiables non plus.
  • De plus, comme votre équipe n’a jamais fait cela auparavant, vous ne pouvez pas non plus créer un plan de projet très réaliste pour le mettre en œuvre.

Lorsque vous mettez tout cela ensemble, vous vous retrouvez dans un environnement difficile à gérer et, dans la plupart des cas, vous ne disposerez pas des données nécessaires pour prendre des décisions fondées sur des preuves ou des plans réalistes.

En quoi cela diffère-t-il de la prise de décision habituelle ?

Approfondissant la question en comparant la prise de décision en matière d’innovation avec le contexte de la prise de décision “ordinaire”.

Dans une entreprise donnée, la majorité des dirigeants sont arrivés là où ils sont parce qu’ils ont réussi dans ce que l’entreprise faisait dans le passé. Et comme ils ont accédé à des postes de direction, ils ont évidemment une grande responsabilité pour l’entreprise – et aussi beaucoup à perdre sur le plan personnel.

Cela signifie évidemment qu’ils veulent prendre des décisions éclairées, fondées sur des preuves, qui présentent le moins de risques possible et le meilleur rendement possible. Ils veulent disposer à l’avance d’un plan bien pensé et structuré, allouer les ressources en conséquence et suivre de près l’avancement par rapport à la feuille de route tout en améliorant continuellement le process.

Et pour cause, ne pas vouloir faire cela serait tout simplement imprudent ou tout simplement stupide !

Cependant, le problème est que, parce qu’ils ont un mode de fonctionnement qui leur est propre, ils ont l’habitude de disposer de nombreuses données, dont la plupart sont assez fiables. Parfois, il existe également un historique des performances des collaborateurs dans les missions confiées, ce qui permet d’établir des plans réalistes pour un avenir assez lointain.

Comme déjà expliqué, pour l’innovation, rien de ce qui précède n’est possible, ou du moins, pratiquement réalisable !

L’innovation s’inscrit dans un contexte très large, et pour pouvoir y réussir, les “chargés de l’innovation” doivent comprendre ces différences fondamentales entre innovation et l’historique de l’entreprise, puis adapter leur réflexion en conséquence.

Cela est, bien sûr, plus facile à dire qu’à faire lorsque vous avez eu de nombreuses réussites en travaillant dans l’autre sens pendant des années, voire des décennies.

Les fondamentaux pour prendre de bonnes décisions en matière d’innovation

Tout cela peut donner l’impression qu’il est pratiquement impossible de prendre des décisions intelligentes en matière d’innovation.

La bonne nouvelle est que ce n’est pas le cas, à condition de comprendre quelques principes fondamentaux. Ceux-ci déterminent la manière dont les décisions doivent être prises, et tant que vous agissez en conséquence, il y a de fortes chances que vous preniez les bonnes décisions. Cela ne garantit pas le succès de l’innovation, bien sûr, mais cela contribue grandement à améliorer vos chances de réussite.

Source : Mindforest

1. Acceptez que votre stratégie et vos plans d’affaires soient toujours erronés.

La première chose, et la plus importante, est que vous devez accepter le fait que quelle que soit la stratégie d’innovation ou le business plan que vous avez créé, il sera toujours soit tout à fait faux, soit, au mieux, sous-optimal.

Nous avons déjà évoqué les raisons à propos de cette situation au début de l’article, mais il existe un dicton courant dans le monde des startups qui résume bien la situation : “aucun business plan ne survit au premier contact client“.

Pour résumer, il est important de comprendre que si vous innovez, vous repoussez toujours les limites et explorez l’inconnu. En tant que tel, vous ne serez jamais en mesure de tout voir clairement, ni d’avoir toutes les réponses à l’avance. C’est simplement une chose avec laquelle les innovateurs qui réussissent ont appris à organiser leur temps judicieusement.

Vous avez toujours besoin d’objectifs et d’une stratégie, et il est toujours utile d’avoir des plans, mais vous devez simplement accepter qu’ils comportent de nombreuses failles. Il ne sert donc à rien de passer beaucoup de temps à essayer de les rendre parfaits. Concentrez-vous plutôt sur la recherche de leurs défauts, et ce le plus rapidement possible. Et la seule façon d’y parvenir, c’est de mettre le plan en pratique rapidement et de l’adapter en conséquence.

Il s’agit de la pierre angulaire fondamentale qui mène à nos prochains points clés : tester, apprendre, adapter, progresser.

2. Testez votre plan rapidement – et commencez par les parties les plus risquées

Comme nous venons de le voir, une fois que vous acceptez que votre plan soit erroné, le vrai travail ne consiste plus à s’assurer que le plan est suivi à la lettre. Il s’agit de tester le plan initial, quel qu’il soit, dans le but d’apprendre quelles sont les parties qui fonctionnent et, surtout, celles qui ne fonctionnent pas, puis de les adapter en conséquence.

Pour de nombreux dirigeants, cela peut sembler peu sophistiqué et peu scientifique, mais ce n’est pas le cas.

Revenons sur ce que celles et ceux d’entre nous qui ont suivi un cursus universitaire ont appris : la méthode scientifique. L’idée est de partir d’une théorie ou d’une hypothèse, puis de procéder à des essais sur le terrain pour vérifier cette hypothèse et analyser les résultats pour voir si elle est correcte. C’est ainsi que l’on fait de la recherche de pointe, et c’est aussi ainsi que l’on innove, purement et simplement.

Ainsi, en tant que chef d’entreprise ou décideur, n’oubliez pas que votre stratégie, ainsi que vos business plan et études de marché ne sont jamais que des hypothèses attendant d’être testées. Le véritable travail, et la différence entre ceux qui échouent et ceux qui réussissent, sera votre capacité à vous adapter à tout ce que vous apprenez – assez vite et assez bien.

La clé pour y parvenir peut être un peu contre-intuitive pour beaucoup d’entre nous : nous devons commencer par l’hypothèse la plus risquée.

Dans la plupart des projets d’entreprise, il est logique d’essayer d’obtenir d’abord des résultats rapides pour faire avancer les choses et obtenir un soutien, mais pour la stratégie et l’innovation, c’est généralement problématique.

Dans de nombreux cas, cela vous conduit à un faux sentiment de réussite car vous mettez en œuvre les défis triviaux alors qu’il y a toujours un défi qui se pointe à l’horizon.

Résultat : vous travaillez beaucoup et dépensez beaucoup d’argent pour vous rendre compte que le plan initial ne fonctionnera pas sans changements majeurs lorsque vous rencontrerez ce défi.

À ce moment-là, la plus grande partie de ce dur labeur devra être jetée, et vous aurez également perdu beaucoup de temps dans le processus. Ou pire, vous risquez d’être la proie de l’erreur des coûts irrécupérables et de continuer sans réelle chance de succès.

D’un autre côté, si vous commencez par tester la partie la plus risquée et la plus critique, vous subirez probablement des difficultés et des échecs au début, mais vous arriverez bientôt à un point où vous comprendrez suffisamment bien la problématique pour être capable de le résoudre de la bonne manière.

Cela vous permettra d’économiser du temps et de l’argent par la suite – et de minimiser le risque que le projet se solde par un échec extrêmement coûteux.

Source : Openclassrooms

Pour la plupart des entreprises, les parties les plus risquées sont généralement liées à la demande des clients, mais il existe aussi des cas où il peut s’agir de quelque chose de différent, comme la technologie.

Par exemple, si vous parvenez à mettre au point un remède super efficace et abordable pour toutes sortes de cancers, le reste est insignifiant. La demande ne manquera pas, et il ne sera pas difficile de créer une grande entreprise à partir de là. Dans ce cas, vous devez vous concentrer sur la résolution du défi technique et ne pas trop vous soucier du marketing, des canaux de distribution, etc.

D’autre part, au 21e siècle, il est facile de créer la prochaine plateforme de réseaux sociaux. Vous pouvez le faire en tant qu’individu avec une expérience préalable minimale ou nulle en matière de codage et un budget minimal. La grande question est de savoir si quelqu’un voudra l’utiliser ou payer pour cela. Il est donc insensé de peaufiner tous les aspects de la plateforme et de la préparer pour un lancement massif sur toutes les plateformes de distribution en même temps, si vous n’avez pas de preuves solides de la demande pour ce que vous faites.

3. Focus sur la rapidité – une mauvaise décision aujourd’hui est mieux qu’une bonne plus tard

La troisième et dernière clé d’une prise de décision réussie en matière d’innovation consiste à faire le focus sur la rapidité de la prise de décision.

Dans de nombreuses grandes entreprises, la prise de décision a tendance à être assez lente. Il est souvent utile de demander l’avis de toutes les parties de l’organisation sur une décision potentielle et de leur faire approuver la décision à l’avance afin de réduire la résistance au changement en cours de route – et d’éviter d’avoir à assumer la responsabilité personnelle de mauvaises décisions.

Et comme la plupart des décideurs sont très occupés, cela peut prendre des semaines, voire des mois, pour les contacter tous, les mettre au courant et leur fournir suffisamment d’informations pour qu’ils puissent approuver une décision, même si elle est relativement simple.

Comme nous l’avons mentionné, il y a bien sûr un intérêt à procéder de cette manière, mais même avec toutes ces informations, les décisions seront souvent mauvaises en matière d’innovation pour les raisons que nous avons déjà évoquées. Au final, cette valeur sera plutôt marginale comparé à l’ensemble.

Cependant, le coût de ce type de prise de décision lente et participative est énorme, à la fois en termes de temps de travail, mais aussi en termes de créneaux de calendrier perdus. De plus, les innovations sont presque toujours controversées, et si un consensus doit être atteint, il est probable que vous n’obtiendrez qu’une version pire et édulcorée de l’idée initiale.

Si l’on ajoute à cela le fait que beaucoup, sinon la plupart, des décisions initiales, tout comme les plans d’affaires, seront de toute façon moins qu’optimales en raison de la forte incertitude, il vaut mieux prendre une décision rapide maintenant, même si elle est mauvaise, que d’essayer de prendre une décision apparemment parfaite plus tard.

Si vous agissez rapidement et de manière décisive, vous pouvez généralement prendre la décision, la mettre en œuvre et savoir si elle était la bonne dans le temps qu’il faut à certaines organisations pour prendre cette décision. Il s’agit d’un avantage concurrentiel clé qu’il est pratiquement impossible pour une organisation plus lente de surmonter.

Ainsi, en matière d’innovation, privilégiez toujours l’action. N’attendez pas plus d’informations ou plus d’avis, mais agissez tout simplement en vous assurant que vous avancez dans la bonne direction générale, même si vous devez régler certains détails au fur et à mesure.

En comprenant et en appliquant ces trois principes fondamentaux dans votre prise de décision, vous ferez mieux que la plupart des autres organisations.

Toutefois, les meilleurs leaders de l’innovation vont au-delà de ces principes fondamentaux.

L’art de décider des bonnes choses

Comme nous venons de l’établir, les leaders de l’innovation doivent être décisifs et capables de prendre rapidement de nombreuses décisions dans un environnement caractérisé par un haut niveau d’incertitude.

Ainsi, s’il est important d’être décisif, l’incertitude signifie également que vous devrez être à l’aise pour repousser certaines décisions, laissant ainsi des questions ouvertes.

La compétence que les meilleurs innovateurs maîtrisent est leur capacité à déterminer lesquelles de ces questions doivent être abordées maintenant, et lesquelles doivent être laissées ouvertes. Ils posent les bonnes questions et s’attachent à prendre les bonnes décisions, et pas seulement les questions et les décisions qui vous ont été présentées.

Les meilleurs innovateurs posent les bonnes questions et s’attachent à prendre les bonnes décisions, pas seulement les questions et les décisions qui vous ont été présentées.

Pour expliquer ce que cela signifie, utilisons un exemple un peu trop simplifié qui n’est pas lié à l’innovation en soi, mais auquel nous pouvons tous nous identifier :

On entend souvent des gens dire qu’on peut soit travailler dur, soit travailler intelligemment, et qu’il faut ensuite décider lequel des deux on veut qu’ils fassent.

La question est évidemment un piège, parce que personne ne veut “travailler bêtement”, donc parmi les options présentées, tout ce que vous pouvez vraiment faire est de dire de travailler intelligemment. Mais c’est en fait la mauvaise réponse.

En choisissant simplement l’une ou l’autre, quelle que soit celle que vous choisissez, vous n’obtiendrez jamais de grands résultats. Pour les obtenir, vous devez bien sûr travailler à la fois beaucoup et intelligemment.

La vraie question est donc : comment changer le système pour ne pas avoir à choisir entre l’un ou l’autre, mais pouvoir avoir les deux ?

En tant que leader, vous devez donc ignorer ces choix non pertinents que les gens utilisent souvent comme excuses pour choisir la voie de la moindre résistance. Essayez de creuser davantage et de trouver des réponses aux questions qui comptent vraiment.

C’est ainsi que pensent les vrais leaders et innovateurs : ils trouvent des moyens de modifier le système afin d’obtenir le résultat qu’ils souhaitent.

C’est ainsi que pensent les vrais leaders et innovateurs : ils trouvent des moyens de changer le système pour arriver au résultat qu’ils souhaitent.

C’est, bien sûr, plus facile à dire qu’à faire !

Cependant, le monde est rempli de situations et de décisions comme celle-ci, où vous devez choisir entre des alternatives moins qu’idéales. Dans certains cas, vous pouvez simplement choisir l’une ou l’autre, mais pour les questions et les problèmes qui comptent vraiment, vous ne pouvez pas vous contenter de ces options et résultats médiocres, au mieux mitigés.

La seule façon de dépasser ces options et d’obtenir des résultats vraiment excellents est de poser la question que la plupart des gens n’ont pas encore posée, ou du moins qu’ils n’ont pas été capables de résoudre.

Exemples de choix trompeurs dans la pratique

Il existe d’innombrables exemples de ce phénomène dans le domaine du leadership et de l’innovation. Voici quelques exemples courants :

  • “Voulez-vous que cela soit fait correctement (de manière fiable, sûre…), ou voulez-vous que cela soit fait rapidement ?”
  • “Voulez-vous une innovation incrémentale ou une innovation de rupture ?”
  • “Voulez-vous donner l’exemple ou responsabiliser votre équipe ?”

La réponse à toutes ces questions n’est jamais l’une ou l’autre, mais toujours les deux. L’équilibre exact entre les deux extrêmes sera différent dans chaque situation, mais si vous choisissez uniquement l’un ou l’autre, les résultats ne seront pas au rendez-vous.

Points importants à retenir

Pour conclure, travailler sur l’innovation exige un état d’esprit différent de celui auquel la plupart d’entre nous sont habitués. En tant que tel, il est souvent difficile pour les organisations de prendre des décisions intelligentes en matière d’innovation, et même si vous y parvenez, vous devrez peut-être aussi changer les points de vue de ceux qui vous entourent.

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles beaucoup de personnes et d’organisations échouent en matière d’innovation.

Rappelez-vous qu’une décision médiocre maintenant est toujours préférable à une bonne décision plus tard – et assurez-vous de vous concentrer sur les décisions qui comptent vraiment, et non sur celles que les gens vous envoient simplement. C’est ce que signifie réellement “sortir des sentiers battus“.

Si vous parvenez à changer votre état d’esprit et à améliorer vos capacités de prise de décision afin d’être mieux préparé à faire face à l’incertitude et à la complexité, vous réussirez dans l’innovation – et dans la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *